Le Blog d'une fleuriste buissonnière!

Artisan fleuriste passionnée, curieuse, blogeuse… J'aime aussi partager mon expérience!

Graem Allwright


Poster un commentaire

Graeme ALLWRIGHT

Mise à jour de mon article de 2015!

TRISTESSE avant-hier, d’apprendre la disparition de cet homme talentueux, sympathique et surtout chaleureux. Lorsque j’ai écrit cet article en janvier 2015, je venais de l’écouter dans son tour de chant qui se poursuivit bien au delà des rappels dont il nous gratifia!  Merci Monsieur, vous étiez formidable!


Hier,  j’ai eu l’immense plaisir d’assister à un concert du chanteur #Graeme ALLWRIGHT dans un cabaret bien connu de #Bayonne: #La Luna Négra.

Avec un public chaleureux acquis à ses nombreuse causes, tantôt émue, tant riant devant les erreurs, les trous de mémoire de notre vieux compagnon (88ans!) mais surtout très participant, car, oui nous avons chanté de bon cœur, toutes ses chansons qui nous ont rappelé à tous tant de souvenirs, faisant renaitre un panel d’ émotions au plus profond de chacun de nous.

Graeme Allwright
Graeme Allwright

Trois heures de purs bonheurs que ce tour de chant à la LUNA NEGRA de Bayonne avec Graeme ALLWRIGHT, accompagné par un de ses fils et son fidèle contrebassiste Dina Rokotomanga visiblement très habité par l’œuvre de son vieil ami dont il souligne souvent les yeux fermés, la profondeur des textes par sa voix chaude et discrète.

Anti militariste, Graeme ALLWRIGHT à revisitée pour nous la #Marseillaise, devenue humaniste sous sa plume et celle de Sylvie Dien, pacifiste.

En voici le texte:

La Marseillaise (en concert)

Pour nous les enfants de la terre,

Chantons amour et liberté.

Contre toutes les haines et les guerres

L’étendard d’espoir est levé,

L’étendard de justice et de paix.

Rassemblons forces et courage

Pour vaincre la misère et la peur.

Que règnent au fond de nos cœurs,

L’amitié la joie et le partage.

La flamme nous éclaire,

Traverse les frontières,

Partons, partons, amis solidaires

Marchons vers la lumière.

« Merci Monsieur Graeme ALLWRIGHT »

Puis ce fut #l’étranger un grand moment d’humanité ici en concert

Et #jusqu’à la ceinture

A la fois sérieux voir grave, cet artiste sait aussi être coquin espiègle pour détendre l’atmosphère en chantant, on le sent hostile à l’uniformité de notre société :

Les petites boites ou encore qu’as tu appris à l’école aujourd’hui ou encore emmène moi

Après 2 heures de concert nous avons eu la joie de profiter de près d’une demie heure de rappel.  En compagnie de son fils restant, sans doute fatigué, mais toujours aussi talentueux, n’hésitant pas à se mettre jouer le clown triste alcoolique affubler d’ un nez rouge pour nous chanter la bouteille  ou tendrement petit garçon .

 Tout au long de ce concert intimiste, nous étions  tout près à quelques mètres de lui. Il rendit aussi de nombreuse fois hommage à son ami Léonard COHEN dont il nous chantât de nombreux textes.

Ici en public Suzanne dans un autre concert en compagnie de Maurane, cette merveilleuse artiste, à la voix chaude et grave qui me bouleversait. (qui elle aussi nous a quitté trop tôt!)

J’ai passé, vous vous en doutez une soirée merveilleuse, avec des amis tous comblés par cette voie de notre adolescence.

Un conseil il reste 3 jours dont ce soir, courez y! Maintenant il nous reste ses chansons!

Contrebassiste
Son fidèle contrebassiste Dina Rokotomanga
Tableau carré de F Cavadore


Coup de cœur labyrinthique!

Mon « coup de coeur » de mars!

Franck #CAVADORE au #DIDAM

Merci à cet artiste né à #Bayonne en 1957, d’avoir suivi son instinct! Trop d’enfants, trop de graines d’artistes subissent les dictats de l’éducation artistique et les formatages! Mais quand la fibre artistique fait vibrer la main que tiens le crayon, le pinceau, la gouge, le marteau…

L’âme de l’artiste n’est pas loin et revient à la surface! Tôt ou tard son talent doit éclater, éclabousser joyeusement en couleurs !

Au départ, un pari entre amies,  d’attirer quelques curieux  de nos copains à venir « voir » ces étranges peintures!  J’ai relevé le « défi »…  Merci les filles !

Une découverte! J’ai un peu honte de le dire, lui si près et je ne le connaissais pas. Franck #CASADORE vit et travaille en effet dans son atelier de Tarnos. 

 

Tout d’abord j’ai apprécié des formats carrés tel des Mandalas, puis leurs couleurs pures, à la fois intenses et harmonieuses, en juxtapositions de teintes élégantes  qui se détachent sur un fond plus calme.  Des supports parfois inattendus comme ses pages d’annuaires grisonnants comme autant de traces laissés par d’autres artistes…avant lui!

 

Lire la suite


Sébastiao SALGADO, photographe

Retour sur mon article « #Sébastio SALGADO, photographe » écrit en 2015.  Je venais de voir: « Le Sel de la terre » qui obtenu le Cesar du meilleur film documentaire en 2015 et découvrir cet immense artiste, remplie d’humanisme, autant que de talent.

A l’occasion de plusieurs expositions et rétrospectives cette année 2017 et prévues pour 2018, France Culture lui consacrait 2 émissions la semaine passée, j’ai  eu envie moi aussi de republier mon article!

—————————————-

« Un photographe est quelqu’un qui écrit avec la lumière« dit Sébastiao SALGADO.  IL fait partie de ces artistes immenses qui sont capables de nous retranscrire à travers leurs œuvres,  une « image  du monde ».

Comme d’autres photographes  semblent embellir, travestir la réalité pour nous la proposer, nous l’offrir plus sereine, plus douce, #SebastiaoSALGADO, lui est un témoin de notre temps. Son oeil objectif observe, emmagasine et met en lumière les parties plus sombres de notre monde.

SEBASTIO salgado.jpg 2Sébastiao SALGADO Photo demotix.com

Adepte du noir et blanc, des ombres, des contrastes, des valeurs… c’est un observateur permanent, un »regardeur » lucide,un témoin appliqué du monde qu’il a sillonné.  Cet immense photographe a toujours été à l’affût de ce qui se passait, nous décrivant le plus fidèlement possible ce monde avec ses injustices, ses misères, ses famines, ses douleurs… Ces joies aussi faites souvent d’instants fragiles, de plaisirs simples.

mentawai-indonesia-sebastio-salgado- Lire la suite

Land'art mandala jaune


8 Commentaires

Traces éphémères

Les traces éphémères d’ Andy #GOLDSWORTHY 

La #nature au service de l’#art…A moins que ce ne soit le contraire!

Ceux qui suivent mon blog savent que je suis proche de la nature : plage, campagne, forêt…tous les biotopes m’intéressent.  Tous les lieux si petits soient -ils me permettent d’observer la vie sous différentes formes.

Les insectes, les oiseaux ne sont pas éloignés de nous il suffit de lever la tête un instant, d’ouvrir grands ses oreilles, ses yeux, il faut savoir prendre le temps pour profiter de ce que la nature nous offre tout près!

Dialoguer avec la nature, créer une œuvre  « Land ‘Art » est une occupation que l’on peut pratiquer un peu partout, en ville comme dans les champs, au bord d’une rivière, dans le jardin public de son quartier,  sur la plage , en vacances … Seul impératif il faut savoir observer et oser se lancer!

 Andy GOLDSWORTHY  est un #artiste naturaliste, spécialiste de Land ‘art.

Je souhaite vous le présenter, ainsi qu’une partie de ses œuvres.

ag_03576 Lire la suite


Deux peintres…Deux générations…Une même passion!

Presque 3 générations de différence…une même passion : peindre.

L’ainé, José Antonio SISTIAGA dépasse allégrement les 80 ans..Mais n’est:. »Pas trop vieux pour créer »!!!. Le plus jeune âgé d’à peine 25 ans se nomme Mathieu CHAVAREN

Hotel Silhouette

 J’ai découvert un univers pictural qui m’a séduit.  A l’initiative de Madame Maylis Doucet,  je me suis penchée sur les toiles d’un jeune peintre Mathieu CHAVAREN à L’Hôtel de SILHOUETTE de BIARRITZ.

Jeune homme souriant il ne vit pas encore de son art…Mais un jour, sans doute! Ses tableaux semblent déjà être bien appréciés de l’élite et des connaisseurs !

corbu

Ici au dessus d’un fauteuil de Le Corbusier! Lire la suite


Roman Opalka (1931-2011) § compter / espérance de vie

Je ne connaissais pas cet artiste! merci de nous l’avoir fait découvrir!

Article rebloger depuis CultURIEUSE.

CultURIEUSE

Portrait Roman Opalka« on m’a souvent cru prisonnier d’une idée, au lieu de percevoir cette libération totale que je vis de la recherche constante de l’illusoire nouveauté aussi bien que du toujours mieux.Moi, je préfère approfondir une seule chose, une oeuvre. » R.O. http://www.opalka1965.com

Roman Opalka est un peintre franco-polonais. Il est né en France et ses parents retournent en Pologne lorsqu’il a quatre ans. En 1940, la famille est déportée en Allemagne, elle sera libérée en 1945 par les troupes américaines.  Après une école d’art plastique et les Beaux-arts à Varsovie jusqu’en 1956, il y devient professeur d’art.

De 1959 à 1963, il développe une oeuvre constituée de monochromes blancs qu’il nomme Chronomes, constitués de traits, de zig-zag ou de points, blancs sur fond noir ou l’inverse, ils sont déjà des ponctuations précises du temps.

Roman-Opalka-02C’est en 1965 que débute son programme, l’oeuvre qu’il poursuivra jusqu’à sa mort en 2011. C’est l’écoulement…

Voir l’article original 528 mots de plus